elan

  • Les oiseaux sauvages

    quete,decouverte,mystere,reve,voyage,exotisme,deuil,vie,mort,résilience,temps,regard,elan,envol

    A l'heure
    s'allument 
    les lampes
    dans les chambres,
    les oiseaux
    sauvages
    des étangs
    et des lacs
    se rassemblent.
    Ils battent
    des ailes
    à fleur
    de terre
    avec de telles 
    saccades
    qu'il semble
    que c'est tout l'air
    qui tremble.
    Leurs cris
    transpercent
    le silence
    du soir.
    Bientôt 
    leurs nuées
    recouvriront
    les brumes
    et le visage
    blême
    de la lune.

     

    C'est éternellement
    ainsi
    depuis la fin août
    ou le début
    du mois 
    de septembre,
    de saison
    en saison,
    de siècle
    en siècle,
    de génération
    en génération.
    Une enfant
    est née
    de feue Marie
    et elle-même
    a donné naissance
    à une petite fille
    bientôt mère
    elle aussi.
    Les noms
    changent ;
    des regards 
    s'éteignent,
    d'autres s'allument
    mais à chaque 
    automne,
    les oiseaux 
    sauvages
    se donnent
    rendez-vous
    au bord
    des eaux rousses.
    Nul ne s'en étonne.

     

    Depuis toujours,
    du temps même
    de Charlemagne,
    d'Anne Boleyn,
    de Louis Quatorze,
    de Bonaparte,
    à l'heure
    s'éclairent
    les maisons,
    les oiseaux
    sauvages
    préparent
    leur voyage.
    Ils voleront 
    ensemble
    mais seuls
    dans la nuit
    dont ils connaissent
    par coeur
    et par un secret
    qui est le leur
    la lueur
    profonde.

     

    Pendant
    que nous dormirons,
    ils s'élanceront
    au-dessus
    de nos toits
    à la conquête
    du ciel
    d'un autre monde.
    C'est pour nous
    tous
    le présage
    des pluies,
    des neiges,
    des nuits 
    longues.
    Les oiseaux
    sauvages
    bien sûr
    reviendront.
    De leurs battements
    d'ailes,
    ils annonceront
    la lumière
    des moissons.
    Ils seront
    les mêmes
    et cependant
    différents.

     

    Pour l'heure,
    ils se préparent
    à s'élever
    dans le soir,
    vers la destination
    de l'Orient,
    de l'Afrique noire.
    Les regarder
    monter,
    c'est se préparer
    à son passage,
    à la destinée
    de son propre
    voyage,
    c'est se quitter
    un peu soi.
    Les oiseaux
    sauvages
    des étangs
    et des lacs
    nous ressemblent.

     

    Ils ont la force
    de défier
    les distances,
    de fendre
    avec leur corps
    les nuages,
    les vents,
    les dépressions
    pour rejoindre
    l'éclat
    du soleil
    qui les attend,
    les toits
    des demeures
    embrasées
    dans l'aurore,
    les terrasses
    blanches,
    eux qui sont 
    pourtant
    de couleur
    cendre...

    Poème

    Géraldine Andrée

    Musique :

    Mike Oldfield 

    The songs of distant earth


     

  • IGNORANCE...

    Numériser0005
    Je ne sais pas

    comment les nuages se font et se défont dans ce tableau muet

    ni comment la pluie dénoue ses sanglots de silence

    je ne sais pas

     

    Je ne sais pas

    pourquoi tes caresses déploient tant d'agonies obscures

    ni pourquoi les astres brillent aussi fort après leur fenaison

    je ne sais pas

     

    Je ne sais pas

    d'où vient la plainte qui roucoule dans la gorge sincère du vent

    ni comment s'allume l'ambre des feuilles dans la maison oubliée de l'automne

    je ne sais pas

     

    Je ne connais pas

    la danse des rêves que tisse le rire invisible du ciel

    ni l'éclat des lampes de joie qui se balancent offertes au regard des lendemains

    je ne connais rien

     

    Mais je sais qu'un jour

    Les dieux me remercieront d'avoir vécu la solitude

    et d'avoir habité pleinement son chagrin d'hiver

     

    Comme s'éveille la perle secrète d'un écrin

    que respire enfin mon âme ondoyante

    l'âme de tous mes printemps à vivre

     

    Dans ma sage ivresse

    je saurai accueillir le sourire

    d'un bel ange serein

                   ce coeur qui est mien!