Sans titre

Je veux bien croire

que mes pensées

mes rêves mes projets

ne sont qu'illusions

 

que  tout mon corps

- avec les fines veines entrelacées

de mes poignets

le sang battant sous ma chair

 

mes mèches mes yeux

la cambrure de mon dos

mes lèvres rives de la parole -

est voué à disparaître

 

Mais lorsque je vois

le petit chemin

qui entraîne mes pas

parmi les herbes de l'été

 

le papillon moucheté

cette étoile de la matinée

qui frôle

mon épaule

 

l'étincelle

de la brindille

qui me distrait

de mes soucis

 

la flamme bleue

d'une rose

se penchant

du côté où j'arrive

 

je crois

ma foi

au pouvoir

de mes rêves

 

de mes pensées

de mes projets

à vivre

et je sais

 

que tout

ce qui m'est montré

par un doigt

invisible

 

quand mon regard

passe

est absolue

vérité

 

Géraldine Andrée

Les commentaires sont fermés.