Jeanne

Je revois bien
les reflets du jour
dans les mèches grises
de ton chignon,
ton tablier blanc,
tes bas de laine noire,
tes chaussons fleuris
qui effleuraient
le silence du couloir.

Je revois
tout cela
qui n'est plus,
qui a disparu,
car tu es devenue
bien plus
que la grand-mère
et l'excellente cuisinière
quand tu as traversé
le couloir de lumière.

Toi,
ma feue Jeanne,
tu es la flamme,
tu es la couleur,
celle qui bat
à la fenêtre
de mon âme
et qui éclaire
mes projets
prêts à naître,

vivante,
droite,
brûlante
pour toujours,
c'est ton legs
en mon coeur,
ce pouvoir
de savoir
que tu es

le jour
lui-même
dont on voit l'or
sur mon manteau,
mes collants
de laine
et dans mes mèches
blondes
encore.

 

Géraldine Andrée

Tous droits réservés

Commentaires

  • Bonjour Géraldine,

    Superbe!
    Qui n'a pas une Jeanne dans un coin de son cœur, de sa mémoire.
    Mes meilleurs vœux pour 2017

    Bises amicales
    :)

Les commentaires sont fermés.