• Fidélité

    Numériser0010.jpgIl flotte

    dans la chambre

    ton ancien 

    parfum

     

    Ta barrette

    d'ambre

    luit

    sur le fauteuil

     

    A l'angle

    de la table

    tremble l'étoile

    de ta bague

     

    Je défroisse

    ta robe d'hiver

    et j'entends se languir

    ton soupir

     

    Dehors

    la vie est blanche

    je pense

    que tu ne reviendras pas

     

    Mais la plume

    du silence

    a ému

    la goutte d'encre 

     

    Je veux t'écrire

    aujourd'hui

    tous les mots

    que tu n'as su

                       me dire

     

    Geraldine

     

     

  • Attente

    Numériser0009.jpgUne lueur bat

    derrière le rideau

     Dans la penderie

    l'ombre s'ennuie

     

    Le drap exhale

    un sanglot

    Le long du corridor

    un pas glisse encore

     

    Le miroir me guidera-t-il

    vers ce visage?

    La lampe reconnaîtra-t-elle

    les yeux des mots?

     

    Ô je prie

    clairement dans la nuit

    et plus loin

    que toute voix

     

    pour qu'un signe                         

                            vienne de moi!

     

    Geraldine

  • Acceptation

    Numériser0008.jpgAh!

    La Vie ne va

    jamais

     comme il faut!

     

    Qu'arrive-t-il 

    si je n'ai plus

    ni les larmes

    ni les mots?

     

    l'arbre me tend

    une feuille

    et je cueille

    le poème 

                    du jour

     

    Geraldine

  • Nos deux maisons ne sont pas lointaines...

    Numériser0006.jpgDe ma porte à la tienne

    il y a peut-être

    une cinquantaine

    de mètres:

     

    Le frisson des oiseaux 

    Le songe des branches

    et l'humble silence  

    étoilé de cailloux

     

    Voilà ce qui nous sépare.

    Il suffit qu'une de nous

    doucement s'avance

    dans le bleu du soir...

     

    Alors je me tourmente

    alors je me demande

    pourquoi la peine 

    de se voir

                  est si grande!

     

    Geraldine

     

  • simplicité

    Numériser0005.jpgJe ne demande pas grand-chose à la Vie

     

    une lampe de chevet

    un petit carnet

    le murmure de l'arbre

    derrière le volet

    la visite d'un rêve

    que je croyais oublié

    Et puis

    un vers

    envoyé par l'Ami

    qui me dit

                        l'éclat de la nuit.

     

    Geraldine

  • Insolite

     

    Numériser0003.jpgLa main du vent

    a ouvert la fenêtre

    les pages noires

    s'envolent soudain

      

    gains et pertes

    recettes et dépenses

    dettes et créances

    doléances et requêtes

     

    cercles des soucis  

    pointillés des insomnies

    lignes des projets

    s'effacent comme la craie

     

    Le rire libéré

    bruit en son aile neuve

    L'âme revêt

    sa robe d'étoiles

     

    Le vent déposera

    tout à l'heure

    un papillon invisible

    au bord du coeur

     

    Ne jamais refermer

    la fenêtre de l'enfance

    Laissons entrer 

    les pages blanches

     

                           Geraldine 

     

  • Station balnéaire

    Numériser0002.jpgLa brise est moins douce aujourd'hui. Une nuée d'oiseaux blancs traverse le ciel. La mer monte; bientôt disparaîtra le dernier château de l'enfance.

     

    Autour des tables, les voix se font rares et les pensées plus profondes; un nuage passe dans la lumière et c'est comme si le souffle d'une lampe vacillait.

     

    Le soir, au bar, je verrai crépiter l'éclat du vin et je chercherai très loin le souvenir de ton rire.

     

    Ton rire? Il s'en est allé avec cette valise que j'ai vue dans le hall, ce matin... Tu remontais alors dans ta chambre pour prendre ton foulard fleuri oublié sur le fauteuil...

     

    Pendant ma promenade, je salue des visages sans les reconnaître. 

    Mais mon coeur a sursauté tout à l'heure: 

    Trois gouttes marines dans mon col de laine.

    Seraient-ce des larmes mêlées de baisers que tu m'envoies?

    Je me surprends à y croire...

    et à aimer ce mal qui nous sépare.

     

    Geraldine 

      

  • Journal

    Numériser0001.jpgQu'écrire aujourd'hui?

    Le soleil, le ciel bleu, le vent qui fraîchit?

    Le silence qui s'attarde, un dimanche sans musique?

    L'envie irrépressible de fermer les yeux ?

    L'obsession de certaines paroles, le doute et son attente, la demande absolue d'une approbation?

    Qu'écrire aujourd'hui?

    Le rêve murmuré de l'ami? La bougie de l'après-dîner?

    Le coup de téléphone dans l'ombre du soir, peut-être? Quelque chose qui m'affirme que l'espoir n'est pas fini? Qu'il est toujours un frisson, une naissance, le coup d'aile d'un ange, une fleur plus belle que les autres dans un bouquet, un regard éternel dont on peut se souvenir sans danger?

    Qu'écrire aujourd'hui?

    Cette poussière d'or sur la vitre? Le doux ruisseau des secondes? Le parfum d'une épaule nue? Une respiration troublante qui enfle comme une vague au bord de mon coeur et dont j'ignorais jusqu'alors l'audace?

    Qu'écrire aujourd'hui?

    Mes forces? Mes faiblesses? La main ardente, la découverte de mon visage comme une page neuve, la paix avec le miroir?

    Qu'écrire aujourd'hui?

    Ce que je suis? Ce que je ne suis pas? Une reconquête? Une exploration?  Une violence? Une caresse? Une amère légèreté?

    Ecrire, oui, tout cela...

                                                 et rien de tout cela!

    Ecrire pour écrire

    sans savoir au prochain mot

                                                ce qu'il adviendra de moi.

     

                                                le 05 septembre 2010

                                                Geraldine