• Réponse

    Numériser0017.jpgPourquoi?

     

    parce que la petite lampe

    le premier mot du jour

    le souffle dénoué 

    parce que la paume ouverte

    sur la conscience

     

     

    parce que le rire 

    échappé des serrures

    parce que l'amande

    du baiser

    après l'attente

     

     

    le monde

    a le droit

    de s'étonner

     sous tes doigts

     aujourd'hui

     

    parce que

                    la Vie!                 

     

    Geraldine

  • Un après-midi avec Chopin

    Numériser0005.jpgL'horloge est muette

    le souffle se suspend

    la bougie grelotte

    l'échiquier rêve

     

     

    On écoute l'instant

    et bruissent les notes

    frémissent les accords

    comme une brise d'or

     

    Là une ride s'efface 

    ici une main se tend

    puis passe l'aile douce

    d'un sourire

     

    La mouche du souci

    ne bourdonne plus

    le thé froid

    dans la tasse languit 

     

    On a laissé les manteaux

    tout au fond du couloir

    et une voix ancienne  

    se confie à l'âme 

     

    On se réjouit

    d'être l'hôte secret

    de ce temps généreux 

    et singulier

     

    Les mains du pianiste

    dénouent les ombres

    chaque touche

    allume un regard

     

    On ne songe pas

    que tombe le soir

    et qu'on doit hélas

    se quitter bientôt

     

    L'invisible rideau

    s'entrouvre enfin

    sur des visages

    familiers et nouveaux

     

    Comme il fut beau

    et tendre l'Oubli

    en la compagnie

                     de Chopin

     

    le 26 août 2010

    Geraldine

     


    Musique: Chopin; Nocturne pour piano n°1; interprétée par A. Rubinstein  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

  • Vérité

    Numériser0004.jpgY a-t-il encore

    quelqu'un

    sur la terrasse?

     

     

    il te faudra

    allumer ce soir 

    les lampes du salon

     

    tu as compté

    les rires

    des feuilles

     

    tu as joué 

    avec l'enfance 

    des voix

     

    tu as adoré

    les couleurs

    du temps d'ici

     

    mais maintenant

    un frisson

    traverse la villa

     

    l'après-midi

    étrangement

    grisonne

     

    la brise 

    sent déjà 

    le vieux bois

     

    ton soulier écrase

    des prunes

    trop mûres

     

     

    l'amant oublie

    l'heure

    des murmures

     

    tu noues alors

    cette écharpe

    sur tes épaules

     

                                             et tu rentres

                                             avant la nuit 

                                             seule

                                             bien sûr

     

                             Geraldine 

                       

     

     

     

  • Petit déjeuner

    Numériser0002.jpgLe pain offrit ses tartines

    dans ma main s'ouvrit l'orange

    le miel coula comme un baiser

    une larme de lait émut le thé

     

    puis la lumière fit

    courir ses doigts de tisseuse

    l'oiseau du pardon

    se posa à la fenêtre

     

    la pendule fredonna sept heures

    il me sembla que

    des lèvres de bonté

    avaient bu tous les nuages

     

    doucement s'étirait

    une singulière patience...

    d'où me vint soudain

    ce frisson de l'âme? 

     

    fallait-il t'appeler

    en ta longue nuit?

    ton amour s'était peut-être

    à jamais endormi...

     

    Le 02 août 2010

    Geraldine

     

     

     

     

     

  • Correspondance

    Numériser0001.jpgTu me demandes, sur un ton impatient, des "nouvelles".

    Que puis-je t'annoncer? 

    la coccinelle se promène au bord du vase

    les nervures ont des reflets roux

    le papillon danse sur un rayon

    l'abeille goûte la cuillérée de miel

    quelque part une porte s'ouvre et une voix s'échappe

    un rideau se soulève et c'est la conscience d'un visage

    Je t'entends t'écrier 

                               La Vie vient de plus loin

    Et je te réponds  

                               La Vie est une proche métamorphose

    A bientôt

    Tu as le bonjour des roses

     

    Le 1er août 2010

    Geraldine

     Musique: Zen à la maison