• Ecrire...

    Numériser0011
    approcher table et chaise de la fenêtre 

    attendrir le coussin brodé par les doigts clairs de Catherine

     caresser le fruit potelé verser sur sa chair quelques gouttes d'eau

    taquiner légèrement la dentelle du rideau

    puis effacer d'un sourire l'ombre des toits 

    laisser le nuage encourager toute forme d'étonnement

    accueillir la musique

    de ce dimanche blanc

     

    c'est ainsi

    que je parviendrai enfin

     à t'écrire

     

    Géraldine 

  • Rêverie

    Numériser0010

     pluie courte

    les tuiles

    tranquilles

    s'égouttent

     

    Géraldine

     

  • Proche...

    Numériser0009
    je t'entends respirer

    dans la chambre

                            à côté

    et l'évidence gémit

    toi si loin et si près

    comme l'ombre de la fleur

                l'étincelle d'une mésange

                l'eau secrète en son étoile

    le ciel s'avance

                 élégamment

    les instants s'effeuillent

                 dans la corbeille d'été 

                  qu'importe

    je t'entends respirer

                   n'est-ce pas ma vérité?

     

    Géraldine

                  

  • Confiance

    Numériser0007
    tu as laissé un soir 

    près du fauteuil

    et des bougies

    qui pleurent encore

     

    ce carnet d'instants 

    ce verre où vacille

     le reflet du vin gris

     ce roman qui s'ennuie 

     

     je caresse pourtant

    l'aile de confiance

     comme l'aveugle lit

     la page des étoiles

     

    je te le dis ma vie

    avec l'encre de la nuit

    le chagrin ne peut

    s'inviter en ton nom

     

    car aujourd'hui

    demain

    pour notre désir

    je sais

     

    qu'aux premiers frissons

    du possible 

     aux premières fleurs

    de la mémoire

     

    tu reviendras

    fidèlement

     habiter les grands

    yeux du soir

     

    Géraldine

  • L'hôtesse

    Numériser0006
    j'ai déployé la nappe bleue

    versé dans les tasses chinoises

    l'ambre du thé

    changé l'eau des roses

    adouci les coussins

    que je voulais tendres

    comme le secret d'une main

     

    je me sentais

    presque heureuse

     

    j'entendais

    tout près

    le chant de l'oiseau vert

    la voix des branches

     

    serait-ce enfin

    le murmure de l'attente comblée?

     

    hélas j'avais oublié

    que ton coeur

    ne répondrait pas

     

    la chaise est vide

    au bout du jour

                                   désormais

     

     

    Géraldine

  • Les yeux de l'enfance

    Numériser0004
    j'ai ouvert la fenêtre

     l'air est blanc

    ce matin

     

    un cil de lune

    frémit encore

     en sa veille d'or

     

    je caresse

    la gentillesse

    des ailes

     

    j'honore

    l'espoir sonore

    des feuilles 

     

    au coin du rire

    d'aujourd'hui

    je me cacherai

     

    tout finit

     tout commence

    aux lèvres du secret

     

     et si

    j'ouvrais les yeux 

    des fleurs lentes  

       

    les yeux de l'enfance?

     

     

    Géraldine

  • Signe

    Numériser0003
    la flamme soudain

    bleuit

    le volet bat plus fort

     

    il me semble

    qu'une voix inconnue

    tremble et respire

    tout près de la Vie

     

    si tu veux

    je mettrai encore

    un peu d'huile dans la lampe

     

    pour nous deux 

    l'attente épouse

     la forme exquise

    de la bonté

     

    Géraldine

  • HEURE

    Numériser0001
    Les bourdonnements s'apaisent

    Sous la tonnelle

    On dirait que le vent fraîchit

    Et qu'il annonce la pluie

     

    Vois dans la coupelle

    Ces grappes oubliées

    Un nuage descend

    L'eau des roses s'obscurcit 

     

    Le parfum de l'herbe

    Tremble dans l'air

    Avant de se défaire

    Comme nos mains

     

    Sur ta peau court un frisson

    Il est temps de mettre ton chandail

    Temps de nous quitter

    Mais si tu veux

     

    Je t'accompagnerai encore 

    A la porte du jardin

    Puis je rentrerai

    Et derrière les volets

     

    J'écouterai sans fin 

                    le silence des bougies

    Géraldine