• MYSTERE?

    Numériser0006Une porte est toujours ouverte sur une autre porte.

    Elle révèle la chair de la terre, l'écorce du monde, la fidélité de l'azur, le reflet où se mire le sourire du ciel...

    Promesse renouvelée; serment d'une indicible présence.

    Il n'est pas de porte fermée; et si l'oeil, parfois, se laisse recouvrir par la paupière, c'est pour créer dans une obscurité éphémère, 

    la beauté trouble d'une autre lumière.

  • Le cheval a été, est et existera toujours...

    Numériser0002
    Le cheval, feu de nos intuitions; eau vive de notre quête; terre magique de notre identité.

    Le cheval, passage chatoyant du vent sur nos vies; miracle mouvant!

    Sa crinière flamboyante galope dans nos rêves!

    La sueur tiède de ses flancs féconde notre souffle!

    Il consent à nous emmener loin...

    Il est cette Flamme qui nous porte plus loin que nous-mêmes.

    Il est cette Ame dont le voyage à travers les multiples pays de nos existences anciennes, présentes et futures

    nous transfigure...

    Le cheval respire dans nos coeurs; il épouse notre être intérieur qui court, frémit, tremble...

    Le cheval nous ressemble.

    Il est ce que nous sommes; il tisse un lien entre notre corps et l'ocre de cette terre.

    Le cheval nous révèle notre parcelle d'infini;

    son regard boit le soleil et les étoiles

    pour nous montrer la beauté de notre éternel passage

    dans l'univers.

  • Un souvenir de Palmyre: Absence? Plutôt un témoin invisible... qui demeure.

    Numériser0002
    Le passé,  éternel présent, qui se prolonge dans l'éclat sublime du désert et s'écrit à l'infini sous l'encre bleue du ciel.

    Le Temps a-t-il un sens?

    Le Temps est un oeil ouvert,

    un voyage ancré dans le silence éloquent des pierres...

     

  • MUSEE ARCHEOLOGIQUE DE DAMAS

    Numériser0003
    Quelle intimidante vérité dans les yeux

    de ces lions de pierre!

    Ils ont veillé le seuil mystique des autels.

    Ils ont gravé dans le silence minéral les rêves des dieux.

    Leur gueule éternellement béante dévore la terre.

    Leur orgueil capture l'infini à l'éclat immortel.

    Fasciné, mon regard pénètre leur regard universel

    et j'interroge le mystère sublime

    de cette poésie des âges,

    le culte immémorial des sages,

    la courbe impassible

    et indifférente du temps

    dont ils demeurent les témoins ultimes.

    A toute pensée s'échappe l'indicible.

    Je ne saurai rien.

    Je m'éloigne d'un pas lent...

    Mais l'expression froidement vivante

    de ces lions me hante...

    Où que je me tienne,

    dans le tranquille périmètre

    de la salle muette,

    me fixe la puissance éloquente

    de leurs prunelles sereines.

    Quand je me sentirai démunie,

    dans mes longues nuits,

    éteinte au coeur brûlant du monde,

    les lions de pierre

    seront les fidèles gardiens

    du seuil divin

    de mon âme profonde.

     

  • SONGE DE L'EAU

    Numériser0004
    Je décris dans mes songes le visage de l'eau...

     

    Vert amer de l'herbe et de la pierre

    Tel un sourire triste

    Rayon secret d'un reflet

    Comme le bleu dilué

    De quelques yeux mystérieux

    Douceur nacrée d'un remous

    Dont s'entrouvre la bouche obscure

     

    Mais chut!

    Je me tais!

    Je n'écris plus!

    L'eau me regarde

    Plus vraie que la vie

    Qui n'est que le reflet d'un songe...

  • SIMPLICITE

    Numériser0001
    Changer chaque matin l'eau des fleurs...

    Le geste le plus pur, le plus simple.

    Un geste qui révèle son éclat dans le dépouillement du quotidien.

    Un geste majestueux

    Dans son humble grandeur...

    Un petit geste qui déploie le faste du monde.

     

    Un geste qui signe l'absolu de toute vérité

    Dans la rencontre sincère d'une main et d'une fleur. 

  • PRIERE

    Numériser0004
    Que mes pas soient le vent,

    le parfum,

    la lumière...

    Qu'ils soient une incantation,

    l'humble quête d'un verbe vivant...

    Qu'ils rayonnent

    et résonnent

    pour TOI,

    mêlés à la présence de tes pas...

    Que tu accueilles avec ton rire solaire

    mes pas de vent,

    de musique,

    de parfum

    et de lumière...

    Voyageons ensemble, vrais amants,

    vers un azur incandescent.

    Caressons un monde neuf;

    découvrons le frémissement nu

    de notre chair

    au contact de la chair du monde...

    Soyons les pèlerins

    épris de l' inconnu le plus clair...

    Chantons

    dès la première seconde

    de chaque matin

    l'éloge de tout mystère.

    .

  • LETTRE A L'AMI

    Numériser0002
    Je vous envoie, mon ami,

    Ces quelques mots du pays

    de mes rêves mouvants,

    où la terre a le parfum du vent,

    où se déroule la joie

    des nuages chatoyants

    comme un frisson évanescent de soie.

    Mes mots comme des sables mouvants

    épousent les arabesques du vent;

    les rochers font tinter leur joie

    et s'allument comme des regards chatoyants;

    même la terre a la légèreté des nuages...

    Elle court, douce et humble, au rythme de mes voyages.

    Je vous envoie tendrement, mon ami,

    de ce lointain pays

    mon songe de soie.

  • DEDICACE

    Numériser0005
    Je vous écris les mots de mes printemps,

    Clairs et légers comme la voix d'un Enfant...

    Je vous écris les mots de mes nuits blanches

    Enveloppés dans des étoffes de Silence...

    Je vous écris les mots de mes orages

    Sombres comme les chagrins de vos Visages!

    Je vous écris les mots de ma patience

    Pâles comme ces heures qu'égrène l'Absence...

    Je vous écris les mots de mon courage

    Plus fascinants qu'un mystérieux Voyage...

    Je vous écris les mots de ma renaissance

    Frêles et mouillés comme la voix de l'Espérance...

     

    Je suis neuve et je revis dans un autre Temps...

    Recevez, âmes ouvertes, les mots de mes Printemps!